Bunia : 2.000$ de couverture médiatique détournés par Crispin Tshibasu, le conseiller du ministre de la fonction publique

Partager l'actualité

Crispin Tshibasu, le conseiller en charge de communication de Jean-Pierre Lihau, vice-premier ministre et ministre de la fonction publique, est accusé d’avoir détourné une somme de 2.000 dollars américains destinés aux journalistes ayant couvert les activités du ministre pendant 3 jours, lors de son séjour en ville de Bunia du lundi 18 au jeudi 21 juillet 2022.

Estimés à plus ou moins 30 journalistes accrédités pour la cause, les chevaliers de la plume rapportent qu’ils étaient en entente du paiement de leur argent le jeudi 21 juillet, dernier jour du séjour du ministre de la fonction publique en Ituri où il était dans une mission officielle. Du coup, arrivé à la résidence du ministre pour le dernier point de presse avant son départ, le flou s’est observé pour obtenir l’argent de la couverture médiatique, disent-ils.

Abordé, le ministre Jean-Pierre Lihau a déclaré avoir déjà décaissé 2.000 dollars américains pour le compte de la presse de Bunia entre les mains de son conseiller qui est resté injoignable avant le départ de la délégation à Kinshasa.

“J’ai déjà remis 2.000$ à mon conseiller de communication, monsieur Tshibasu, pour vous les journalistes de Bunia”, a dit le ministre Jean-Pierre Lihau.

Contacté, l’incriminé dit avoir reçu l’argent du magazine pour le compte de la RTNC/Kinshasa et non pour le compte de la couverture par les médias de l’Ituri.

Les journalistes ayant compris qu’ils ont été roulés par l’équipe de la délégation du ministre de la fonction publique, ont intéressé le lieutenant Jules Ngongo, chef de la cellule de communication du gouvernement provincial qui était en contact avec le conseiller du ministre mais, ce dernier a dit n’avoir rien reçu pour le compte de la presse de Bunia.

Les journalistes accrédités pour la couverture des activités du ministre de la fonction publique disent attendre la restitution de cet argent par Crispin Tshibasu afin qu’ils soient rétablis dans leurs droits.

Signalons que le même cas ne cesse de se produire à l’égard des journalistes de la part de plusieurs conseillers des hommes politiques en charge de la communication, un comportement que les chevaliers de la plume dénoncent et sollicitent l’implication des autorités compétentes pour décourager cette pratique.

Rédaction


Partager l'actualité

Laisser un commentaire