Bunia : 35 journalistes formés sur le traitement des informations électorales par l’ONG OLPA

Partager l'actualité

35 journalistes de la ville de Bunia ont été outillés le samedi, 13 août 2022 par l’Observatoire pour la Liberté de la Presse en Afrique (en sigle OLPA) sur la manière de traiter les informations en période électorale.

D’après Kabongo Mbuyi, secrétaire de l’ONG OLPA, l’importance accordée à cet événement était d’amener les journalistes à peaufiner des nouvelles stratégies pour garantir leur sécurité pendant la couverture des évènements électoraux.

“Nous avons réuni les journalistes pour leur rappeler que bientôt seront les élections et comment ils doivent se comporter pendant cette période. Bientôt le CENI va lancer l’identification des électeurs et les journalistes ont cas-même un rôle à jouer surtout dans une province instable et gangrenée par l’insécurité. Il est important que les journalistes commencent déjà à peaufiner des stratégies pour pouvoir connaître comment ils doivent se comporter pour bien couvrir les élections à venir”, a t-il dit.

L’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC), corporation regroupant les journalistes de l’Ituri, dit attendre des journalistes formés le changement dans leur façon de travailler tout en contribuant à la restauration de la paix.

“Nous attendons de journalistes formés un plus dans leur manière de travailler. Nous avons besoin qu’ils apportent un changement positif dans la région. Il a été aussi démontré que les journalistes n’avaient pas parfois accès aux sources d’information pourtant, il a l’obligation d’informer la population de tout ce qui se passe au niveau de la province ou bien de la ville. A l’issue de cette formation, nous avons besoin que la confiance soit renforcée entre les journalistes de la place et les autorités pour qu’ensemble, nous puissions contribuer à la restauration de la paix ici chez nous”, a dit Sylvie Musoki, représentante de l’UNPC.

Signalons que les journalistes formés sont ceux qui travaillent dans des radios locales de Bunia, ceux de la presse écrite en ligne et quelques correspondants des chaînes oeuvrant en dehors de la province de l’Ituri.

Samuel Atido


Partager l'actualité

Laisser un commentaire