Logo Bunia info24

Ituri-Djugu : La parquet militaire enquête sur les crimes commis à Largu, Blukwa, Bule et environs

Plus de 22 morts, des blessés et plusieurs maisons incendiées, tel est le bilan des atrocités commises par la milice CODECO dans certaines entités du territoire de Djugu entre le 08 et 22 janvier 2023 soit endéans deux semaines seulement du mois de janvier 2023.

Dans le cadre de rechercher les infractions, la parquet militaire près la cour de l’Ituri, en tête l’avocat général Kumbu Ngoma Jean Baptiste, a fait une descente dans le territoire de Djugu en vue d’enquêter sur les crimes contre l’humanité commis par les miliciens de la CODECO à Largu, Blukwa, Bule et environs, entités du territoire de Djugu.

Une descente qui vise à déférer les auteurs de ces crimes devant la justice pour la répression de ces violations des droits humains par les groupes armés dont la CODECO et autres.

Retour sur les faits :

Pour rappel :

  • En date du 08 janvier 2023, 11 personnes ont été tuées par la CODECO à Largu et environs, une moto pillée et l’hôpital général de Drodro incendié et plusieurs autres maisons rendues en cendre.
  • Le 18 janvier 2023, 8 personnes ont été abattues en machette au site des déplacés de Bule précisément dans le site des déplacés de la plaine de Savo. Plus de 18 maisons et hutes incendiées et plus de 30 blessés enregistrés.
  • Le 19 janvier 2023, 1 mort et plus de 3 maisons incendiées à Logoba, à plus ou moins 3 kilomètres de Bule.
  • Le 20 janvier 2023, à Bukachele à 4 kilomètres de Bule-centre, plusieurs maisons ont été incendiées par des hommes armés identifiés aux miliciens de la CODECO.
  • Le 21 janvier 2023, toujours à Logoba, les miliciens de la CODECO ont attaqué une position des FARDC où 2 miliciens ont été neutralisés par l’armée lors des représailles.

Suite à toutes ces exactions commises entre le 08 au 22 janvier 2023 soit dans deux semaines seulement, les enquêtes sont ouvertes par le parquet militaire de l’Ituri sur ces crimes contre l’humanité pour que les auteurs soient déférés devant la justice et punis conformément aux lois du pays.

Rédaction

Partager

Laisser un commentaire