Ituri-Djugu : Le bilan de l’attaque des miliciens de la CODECO passe de 8 à 16 morts dont 4 miliaires dans la chefferie des Mambisa

Partager l'actualité

Les miliciens de la Coopérative pour le Développement du Congo (CODECO) ont attaqué tôt le matin du mardi 16 août 2022, le village Waya situé dans le groupement Bandinga, en chefferie des Mambisa dans le territoire de Djugu (Ituri).

Le bilan de cette incursion est passé de 8 à 16 morts après fouilles dont 4 militaires FARDC et 4 personnes blessées, en plus des biens de la population emportés par les miliciens de la CODECO, rapportent des sources concordantes depuis la région.

“Présentement là, nous avons fouillé les corps. Au total, 16 corps ont été découverts dont parmi, nous trouvons des femmes, hommes et enfants qui sont exécutés par machette et armes en feu”, ont-elles dit dans un entretien téléphonique avec Bunia-info24.com.

Cependant, ces dernières appellent les autorités provinciales à renforcer l’effectif militaire dans cette localité afin de nourrir l’espoir aux habitants de la place.

Le porte parole de l’armée en Ituri, le lieutenant Jules Ngongo condamne cette attaque et appelle ces miliciens à respecter leur acte d’engagement signé dernièrement.

“Il s’agit là des attaques de survie, des attaques de contrôle des minerais. Notre combat est que les richesses de l’Ituri puissent profiter aux filles et fils de l’Ituri. Lors de cette attaque, les forces armées ont intervenues en temps, il y a eu même échange des tirs. Malheureusement, la CODECO dans leur fuite ils ont tué la paisible population et là nous condamnons encore une fois cette attaque sur la paisible population. Mais nous saluons aussi la mémoire des éléments de forces armées qui sont tombés lors de cette attaque, qui ont donné leurs vies pour la protection des civils. Nous avons perdu 4 hommes, c’est pour une cause noble. Du reste la situation est sous contrôle. Nous rappelons aux signataires de l’acte d’engagement de respecter leur acte d’engagement signé” a déclaré le lieutenant Jules Ngongo, porte parole de l’armée en Ituri.

Signalons que les miliciens de la CODECO, bien que signataires d’un acte d’engagement unilatéral de cessation des hostilités, continuent de semer la peur dans les zones minières du territoire de Djugu où, selon nos sources, ils se rabattent sur des minerais pour subvenir à leurs besoins.

Bruno Akilisende


Partager l'actualité

Laisser un commentaire