Ituri-Djugu : Le prix des produits de premières nécessités galopent sur le marché de Largu à cause des exactions de la milice CODECO (Société Civile)

Le coordonnateur de la société civile dans la chefferie des Bahema-Nord se dit inquièt de la hausse de prix des produits de premières nécessités sur le marché de Largu, entité située dans le territoire de Djugu, à cause de la rupture de circulation sur le tronçon routier Bunia-Largu suite aux exactions de la milice CODECO.

Charité Banza Bavi indique que l’insécurité provoquée par les miliciens de la CODECO sur ce tronçon routier empêche les commerçants de fréquenter ce village avec comme conséquence, la hausse de prix des produits sur le marché impactant négativement sur le panier de la ménagère et occasionnant la faim dans la région.

« Les produits de premières nécessités qui alimentent Largu viennent en grande partie de Bunia. Malheureusement, à cause de la rupture de circulation due aux exactions des CODECO, ces produits galopent sur le marché. Le carburant qui coûtait 2.500 francs se vend à ce jour à 4.000 francs congolais. L’huile végétale qui variait entre 1.200 et 1.500 francs coûtent aujourd’hui 2.500 francs congolais, ce qui crée la difficulté d’approvisionnement chez la population des Bahema-Nord », a t-il expliqué.

C’est pourquoi, il appelle le gouverneur militaire à prendre des mesures efficaces pour déloger ces miliciens sur le tronçon Bunia-Largu afin de permettre la fréquentation de ce milieu et la baisse de prix des produits sur le marché local.

« Nous demandons à notre gouverneur, Johnny Luboya, de nous aider à ouvrir la circulation sur la route en commençant par Katoto jusqu’à Bukwa. Qu’il s’investisse pour ouvrir ce tronçon qui aide la population de plus ou moins quatre chefferies », a t-il recommandé.

Signalons que les habitants du territoire de Djugu qui vivent généralement des activités champêtres ont du mal à accéder dans leurs champs à cause de l’insécurité provoquée par le groupe armé CODECO.
Du coup, la plupart d’entre eux s’en donnent au commerce sur le tronçon routier Bunia-Largu qui n’est pas fréquenté depuis plus d’une semaine à cause de l’insécurité provoquée par le groupe armé CODECO.

Samuel Atido

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.