Ituri-Irumu : l’Association Culturelle Kyaghanda Yira déclenche une grève sèche de ses activités sur l’Ensemble du Territoire

Partager l'actualité

L’Association Culturelle KYAGHANDA Yira vient de déclencher un mouvement de grève sèche sans activité couplée à une ville morte sur l’ensemble du territoire d’irumu situé au sud de la ville de Bunia chef-lieu de la province de l’ituri.

Cette décision rendue publique mercredi 16 novembre 2022 à komanda chef-lieu de la chefferie de Basili est consécutive à disparition et tueries des certains de ces membres vivants à irumu, dont la plus part de victimes sont des cultivateurs.

Le comité territorial de cette Association sans But Lucratif pointe la milice “chini ya tuna” comme auteur des tueries, enlèvement ou soit kidnapping des membres de cette communauté.

“La communauté Yira avait sollicitée au près de l’Administrateur militaire du territoire d’irumu et tous les services de sécurité de mener des enquêtes pour retrouver certains de nos membres qui sont jusque-là introuvables dans le groupement Bandiangu, Bukutcho et Bandiamusu précisément dans la chefferie de Walese Vonkutu. le cas le plus récent remonte en date du mercredi 9 novembre de cette année où monsieur Juvenal cultivateur et président de la fédération des Entreprises du Congo FEC à Makayanga avait été porté disparu.tous les services de sécurité sont informés mais sans suite jusqu’aujourd’hui de la part des services compétents pour retrouver notre membre” rapporte Muhindo Kihimba John son président.

Dans cette déclaration la communauté yira parle d’une négligence de la part des autorités chargés de sécurité du territoire d’irumu et demande à ces membres de stopper toutes ces activités sur toute l’étendue du territoire d’irumu en attendant les enquêtes des services de sécurité

Dans la suite de leurs recommandations, l’association culturelle kyaghanda yira demande également aux forces armées de la République démocratique du Congo de traquer ces miliciens identifiée aux chini ya tuna qui s’attaquent a leurs membres.

Ces mesures seront levées d’après monsieur muhindo kihima john si seulement si les enquêtes seront menées dans le sens où les personnes disparues seront retrouver enfin d’établir le droit des membres de cette communauté vivant en irumu.

Rappelons que plusieurs membres de cette communauté sont déjà tués par les présumés miliciens chini ya tuna notamment dans la forêt de masome, mambedu,mandibe et mabiti, une milice considérer plutôt par le service de sécurité comme un groupe des bandits qui s’attaquent à la population.

Rédaction


Partager l'actualité

Laisser un commentaire