Ituri : La LUCHA appelle à la diminution de salaires des membres du gouvernement en faveur du social des militaires, policiers et enseignants

Partager l'actualité

Le mouvement citoyen Lutte pour Le Changement (LUCHA) section de Bunia, appelle le premier ministre de la République Démocratique du Congo à revoir à la baisse les salaires des membres de son gouvernement pour améliorer les conditions sociales des enseignants, policiers et militaires en République Démocratique du Congo.

Tout en estimant que ces derniers subissent des pressions populaires et critiques tous les jours surtout dans les provinces en quête d’une stabilisation sécuritaire, la LUCHA pense qu’il est temps que le gouvernement prenne correctement ceux-ci en charge pour qu’ils produisent des résultats efficaces.

“Au premier ministre, chef du gouvernement de l’union sacrée pour la nation, son excellence Sama Lukonde Jean-Michel, la LUCHA section de Bunia vous demande de diviser urgemment le salaire des tous les ministres, vice-ministres et tout autre membre du gouvernement en deux, et que les restes soient ajoutés sur les salaires des militaires, enseignants et policiers pour montrer au monde l’amour que vous avez envers la République”, peut-on lire dans leur déclaration du samedi 14 mai 2022.

Membres de la LUCHA/Bunia

Ce groupe de pression pro-démocratie appelle par ailleurs le chef de l’État à s’impliquer personnellement pour l’amélioration des conditions de vie des enseignants, policiers et militaires.
 
“Au président de la République Démocratique du Congo, son excellence Félix Antoine Tshisekedi, garant de la nation et commandant suprême des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, de tout faire pour améliorer le social des FARDC et PNC”.

Ce mouvement qui milite pour la dignité humaine et justice sociale en République Démocratique du Congo salue tout de même les efforts ménagés par les Forces Armées de la RDC et la Police Nationale Congolaise pour rétablir la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national.

Signalons qu’en République Démocratique du Congo, la prise en charge des militaires, policiers et enseignants demeure encore insuffisante car, leurs salaires n’arrivent pas à nouer correctement les deux bouts des mois.

Joël Heri Budjo


Partager l'actualité

Laisser un commentaire