Ituri : Laisser la population en face de la MONUSCO serait une fuite de responsabilité de la part du gouvernement (G5-A)

Partager l'actualité

Les communautés victimes des atrocités des groupes armés en Ituri, réunies au sein de la structure G-5 et alliés, condamnent les actes de violences qui ont eu lieu lors des manifestations anti-MONUSCO à Goma, Butembo et Beni dans le Nord-Kivu, depuis le lundi 25 juillet 2022 pour réclamer de départ de mission onusienne pour sa “passivité” dans le rétablissement de la paix à l’Est de la République Démocratique du Congo.

Au cours d’une interview accordée exclusivement à Bunia-info24.com le jeudi 28 juillet 2022, Victor Ngona Kabarole, porte-parole du G5-A, pense que le gouvernement congolais doit tamiser les opinions exprimées par la population sur la MONUSCO avant de prendre une quelconque position.

“Les gents ont exprimé des opinions que nous respectons. Mais, est-ce que ces options sont fondées ou ne sont pas fondées? Si elles ne sont pas fondées, c’est au gouvernement de dire à sa population que votre position n’est pas fondée, voici les raisons. Et si elles sont fondées, le gouvernement a tout intérêt de prendre en compte les opinions de son peuple parce que c’est lui qui a fait venir la MONUSCO à son appui, et non laisser la population en face de la MONUSCO”, a t-il dit.

Victor Ngona condamne par ailleurs les actes de vandalisme contre les bases de la MONUSCO au Nord-Kivu car, dit-il, “toute démarche qui inscrit la revendication par la voie de la violence et qui fait compter le nombre des morts avec les dégâts inestimables est à condamner car la violence ne résout pas les problèmes”.

Tout en appelant les jeunes à la retenue, le porte-parole du G5-A place le gouvernement comme arbitre au milieu de deux antagonistes qui ne s’entendent pas, pour trouver solution aux soulèvements populaires des jeunes contre la MONUSCO.

“Surtout que le problème est congolais, la solution est à 80% congolaise”, a t-il conclu.

Signalons que des manifestations anti-MONUSCO signalées au Nord-Kivu depuis le lundi, 25 juillet 2022 ont déjà fait des dizaines de morts et plusieurs dégâts matériels, selon les sources officielles.

Rédaction


Partager l'actualité

Laisser un commentaire