Ituri : “Le gouvernement ne doit pas cajoler les groupes armés réfractaires au P-DDRCS” (Jean-Bosco Assamba)

Partager l'actualité

Le député provincial élu de la ville de Bunia Jean-Bosco Assamba appelle le gouvernement central à frapper tous les groupes armés réfractaires au Processus de Désarmement, Démobilisation, Relèvement Communautaire et Stabilisation (PDDRC-S).

Il l’a dit le mercredi, 10 Août 2022 dans une interview exclusive accordée à Bunia-info24.com après les attaques de plusieurs localités du territoire de Djugu le samedi, 06 et la nuit du lundi, 08 Août 2022 par un groupe de miliciens de la Coopérative pour le Développement du Congo (CODECO) et le groupe d’autodéfense Zaïre.

“C’est avec beaucoup d’amertume que nous voyons la souffrance de nos compatriotes du territoire de Djugu. Nous demandons au gouvernement central de redéfinir la frappe des miliciens qui ne veulent pas se rallier au Programme DDRC-S. Le gouvernement ne peut pas commencer à cajoler les groupes armés qui sont en train de s’enrichir à travers le carré minier mais c’est la pauvre population qui souffre”, a t-il indiqué.

Il ajoute que cette situation a causé du tort à plusieurs familles qui vivent présentement sans assistances.

“La semaine dernière, après les attaques de plusieurs entités du secteur des Banyali Kilo en territoire de Djugu causant ainsi la mort des civils et l’incendie des maisons, il y’a eu également le déplacement de plusieurs population qui vivent présentement sans assistances, surtout les enfants et les femmes enceintes, et ça fait mal au cœur. Nous demandons encore une fois de plus au gouvernement central et aux autres organisations humanitaires de venir en aide à ce vulnérables, pour limiter le dégât lié à la malnutrition”, a t-il dit.

Signalons que la situation sécuritaire demeure préoccupante dans quelques coins de la province de l’Ituri. A moins d’une semaine, plus de 50 civils ont été tués en territoire d’Irumu par les rebelles ADF et à Djugu par des miliciens CODECO et Zaïre, ce qui a occasionné le déplacement de plusieurs personnes qui sont sans assistances dans des familles d’accueil et sites des déplacés.

Rédaction


Partager l'actualité

Laisser un commentaire