Ituri : Ouverture d’une évaluation de la situation sécuritaire, 4 mois après la signature du cessez-le-feu par les groupes armés CODECO et FPIC

Partager l'actualité

Il s’est ouvert ce jeudi 18 août 2022 à Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri, un cadre d’évaluation de la situation sécuritaire sur l’ensemble de la province, quatre mois après la signature de l’acte d’engagement unilatéral de cessation des hostilités par les groupes armés CODECO et FPIC.

D’après l’officier des affaires civiles de la MONUSCO, les échanges visent notamment à mettre fin aux dérapages constatés dans les rangs des groupes armés après leurs engagements pour la paix.

“L’activité consiste à évaluer le processus de paix que nous avons commencé avec les groupes armés notamment FPIC, FRPI et CODECO, là nous sommes à 4 mois depuis qu’ils ont signé cet acte. Nous allons évaluer avec eux ce qui n’a pas marché et ce qui a marché et ensemble, on va dresser une feuille de route pour les perspectives d’avenir”, a dit Debo Muhisa, officier des affaires civiles de la MONUSCO.

Du côté de la milice FPIC, l’on reconnaît les dérapages de la part de certains éléments incontrôlés. Le porte-parole de cette milice plaide cependant pour l’accélération du programme DDRCS pour leurs prises en charge.

“C’est vrai, certains de nos éléments ont érigé des barrières soit disant qu’ils sont des cantonniers pour arranger la route mais cela doit finir. C’est le retard du P-DDRCS qui a causé tout cela. Ce que je vais demander au gouvernement, c’est qu’il puisse respecter notre cahier de charge pour que la FPIC cesse de faire tout ça” a dit Kabulabo Nyamabo, le porte-parole de la milice FPIC.

Signalons que les groupes armés CODECO et FRPI sont aussi attendus à ces échanges qui vont durer 6 jours pour un accord sur le processus de paix après avoir signé l’acte d’engagement unilatéral de cessation des hostilités.

Samuel Atido


Partager l'actualité

Laisser un commentaire