Nord-Kivu : Le Quartier Général de la MONUSCO vandalisé par des manifestants à Goma

Partager l'actualité

D’intenses manifestations des jeunes de différents mouvements citoyens sont signalées depuis ce lundi, 25 juillet 2022 à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Des milliers d’habitants sont descendus dans les rues pour exiger le départ de la force onusienne (MONUSCO) pour leur “passivité” dans le maintien de la paix, la sécurité et la protection des civils.

Pour exprimer leur ras-le-bol, ils ont vandalisé le Quartier Général de la MONUSCO/Goma où ils ont brûlé et pillé plusieurs biens de valeur. Des personnels retrouvés dans différentes bases ont été copieusement tabassés par des manifestants en colère, révèlent des sources sécuritaires dans la province du Nord-Kivu.

Les éléments des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC et de la Police Nationale Congolaise (PNC) déployés dans les grandes artères de la ville de Goma ont été angloutis et étouffés par les manifestants, situation qui a paralysé toutes les activités socio-économiques où boutiques, marchés, écoles, bureaux…sont restés fermés.

Cette situation arrive alors que le maire de la ville de Goma, le commissaire supérieur principal François Kabeya avait interdit via un communiqué officiel la tenue de cette marche, décision bafouée par les habitants de la ville de Goma qui ont fini par descendre dans la rue.

Pendant les manifestations de ce lundi 25 juillet 2022, il y a eu des morts et blessés parmi les manifestants, indiquent nos sources à Goma qui ne livrent pas encore un bilan définitif.

Signalons que ces manifestations anti MONUSCO sont condamnées par les autorités officielles dont le gouvernement congolais à travers Patrick Muyaya, son porte-parole, qui a indiqué que les enquêtes seront bientôt ouvertes et que les auteurs de vandalisme contre les locaux de la MONUSCO seront punis par la justice dans les jours à venir.

Rédaction


Partager l'actualité

Laisser un commentaire