Nord-Kivu : l’ICCN décourage l’acquisition illégale des portions du parc de Virunga par des tiers

Partager l'actualité

Plusieurs personnes envahissent à ce jour, le Parc National de Virunga (PNVI) dans les périphéries du quartier “Congo ya Sika”, situé au sud du poste frontalier de Kasindi-Lubiriha dans la province du Nord-Kivu, où elles exercent des activités champêtres.

Nombreuses d’entre elles disent avoir eu l’autorisation de construire dans ces endroits après un lotissement effectué moyennant dix (10) dollars américains auprès des chefs locaux.

“Nous avons eu ces champs auprès des chefs locaux. Pour accélérer les processus d’acquisition, il faut passer soit chez le fonctionnaire délégué ou chez le chef du Quartier”, ont révélé deux jeunes gens rencontrés dans la concession du parc.

Nos sources affirment que les travaux de construction des maisons ont même été amorcés par quelques-uns.

” Nous sommes déjà en pleine construction de nos maisons. C’est sur instruction du chef local”, a indiqué un jeune-homme.

Contacté par le correspondant de Bunia-info24.com dans la région, Augustin Mbekeleo, président intérimaire du comité de suivi des limites provisoires établies entre le parc national de Virunga et la cité frontière de Kasindi-Lubiriha, a signifié que ceux qui occupent les terrains en dehors des limites reconnues sont des ex autochtones qui avaient été déguerpis mais fuient les atrocités des rebelles ADF au Nord-Kivu et en Ituri pour rejoindre Kasindi comme des déplacés sans abris et passent la nuit à la belle étoile. Il précise tout de même qu’il n’y a aucun lotissement moins encore une portion vendue par un chef local légalement reconnu.

L’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) décourage cette pratique et appelle la population à ne pas se laisser tromper par quiconque qui donnerait des nouveaux lopins de terres dans ce coin.

“Nous n’avons jamais autorisé une dévastation. Tous les laisser-aller vont cesser et des actions contre celà vont suivre. Beaucoup d’escrocs ont pris l’argent de la paisible population au nom du parc pour rien”, a dit Baraka Merdi, le chargé de liaison secteur nord de l’ICCN.

Reste à savoir, quel sera le sort des gens qui ont occupé illégalement ces endroits après avoir payé en contrepartie une somme de dix dollars américains (10$) auprès de certains leaders locaux.

Rappelons que le parc national de Virunga figure parmi les patrimoines mondiales activement protégés et mesure plus ou moins 7.800 kilomètres carrés (Km2) .

Elysé Mayamoto


Partager l'actualité

Laisser un commentaire