Nord-Kivu : Paralysie des activités socio-économiques après l’assassinat d’un jeune homme par des bandits à Mbau

Partager l'actualité

Les activités socio-économiques ont été paralysées toute la journée de ce lundi, 11 juillet 2022 au village Mbau, chef-lieu du secteur de Beni Mbau dans la province du Nord-Kivu, après l’assassinat d’un jeune homme par des bandits armés qui courent encore dans la nature.

Selon un ami proche de la victime, c’était vers une heure du matin que ces inciviques se sont introduits dans sa maison lui demandant quelques biens. Il explique que la victime a été assassinée pour avoir refusé d’obéir à l’ordre donné par ses bourreaux.

“Le frère manipulait encore son téléphone. J’ai entendu quelq’un lui dire de donner le téléphone. Je me suis réveillé puis l’un d’eux m’a torché les yeux et m’a braqué une arme. Je lui ai donné mon téléphone et il a encore demandé au frère son téléphone, le frère a résisté. Il a tiré deux coups de balle sur le sol pour le menacer. Le frère n’a pas toujours voulu libérer son téléphone et finalement, on a tiré sur lui. Il n’est pas mort sur le champ, j’ai eu peur de sortir pour aller alerter parce que je croyais qu’ils sont encore à l’extérieur. Le frère est alors décédé vers 2 heures. C’est à un endroit qu’on appelle Mbau ma Kiosque », a t-il raconté.

Contacté à ce sujet, le président Georges Kivaya de la société civile du secteur de Beni qui soupçonne les militaires d’être auteurs de cette tuerie, appelle les services de sécurité à leurs responsabilités et plaide pour le déploiement d’un effectif important des éléments de la Police Militaire dans la zone pour renforcer la discipline.

“Je vais appeler les services de sécurité à bien jouer leur rôle mais aussi à cause de la divagation de militaires à Mbau, nous voulons qu’on nous amène un service de Police Militaire pour que la discipline soit renforcée au sein des troupes militaires”, a-t-il indiqué.

Signalons que les auteurs de ce forfait courent encore dans la nature. Quelques habitants du village Mbau qui croyaient déjà à une attaque rebelle se sont déplacés vers la commune rurale d’Oicha craignant pour leur sécurité. Cependant, les enquêtes ont été ouvertes pour mettre la main sur les auteurs de cet acte, rapportent les autorités locales.

Vagheni Vinywasiki depuis Beni


Partager l'actualité

Laisser un commentaire